| 
  • If you are citizen of an European Union member nation, you may not use this service unless you are at least 16 years old.

View
 

Lecturesdeloeuvre

Page history last edited by johper64@... 9 years, 8 months ago

 

Cette rubrique se distingue de celle de la rubrique Essais sur Genet dans la mesure où il ne s'agit pas ici de rendre compte des essais des autres, mais de proposer des lectures originales de l'oeuvre de Genet, inédites ou déjà publiées,mais difficile d'accès.

Nous proposons une anthologie d'articles critique sur le politique, problématique qui a fait l'objet d'un débat depuis quelques années. 

 

Toute étude est bienvenue.

 

 

 

Rubriques

 

          FrontPage

          Actualités

 

Mise à jour, le 8 mars 2010

 

A propos de Pompes funèbres, Les Paravents, Un captif amoureux, L'ennemi déclaré.

 

GENET ET LE POLITIQUE

 

 

Sommaire des noms des auteurs.

 

Les lectures sont classées de la plus ancienne à la plus récente :  Nathalie Fredette, Patrice Bougon, Mairead Hanharan, Basma El Omari, Jean-Michel Rabaté, Eric Marty, René de Ceccatty ( à suivre )

 

*********************************

 

 Quant au rapport à Hitler, en préambule, donnons à lire ceci  ( P.B) :

 

Pompes funèbres

Le petit gars de Paris accomplit son travail avec vaillance. D'abord il eut peur de faire du mal au Führer. Le membre était d'acier. De toute cette machine à supplice qu'était Paulo, la verge en était la pièce essentielle. Elle avait la perfection des rouages, des bielles fabriquées avec précision. … Elle était également sans tendresse, sans douceur, sans le tremblement qui fait souvent frémir délicatement les plus violentes. Paulo prit des précautions et mit beaucoup de salive à sa bite, mais très vite il fut dominé par sa fonction de mâle. Il fonça jusqu'au fond. Il éprouva une grande joie à sentir le tressaillement de bonheur de Madame. La reconnaissance de la beauté de son travail le rendit fier et plus ardent. Ses bras, par en dessous, près des épaules, s'aggripèrent au bras de l'enculé, et il fonça plus dur, avec plus de fougue. Le Führer râlait doucement. Paulo fut heureux de donner du bonheur à un tel homme. Il pensa : << T'en veux de l'aut' ? et en fonçant : << Tiens mon chéri >>. Soulevant encore ses reins, sans sortir du trou : << Du petit Français >> et fonçant << Encore un coup... C'est bon, ça te plaît ? Prends-en toujours >>. Et chaque mouvement de va-et-vient dans l'oeil de bronze, s'accompagnait mentalement d'une formule dont le lyrisme était dicté par le bonheur accordé. A peine eut-il une fois un léger ricanement, vite effacé, quand il pensa << Cui-là, c'est la France qui te le met >>. Hitler une main sur sa queue et ses parties mutilées, sentait cette ardeur s'exalter, encore que chaque coup de bite arrachât un râle de bonheur.

 

Pompes funèbres 1947, Gallimard,1957, Collection L'imaginaire, 1978, pp.164-165

 

**************************************

 

 

Les articles que nous pouvons proposer sur cette problématique politique sont les suivants. Certains sont accessibles par un lien internet.

Voir aussi la rubrique Bibliographie, qui comporte un chapitre sur les principales études dont certaines sont consacrées au politique.

 

Nathalie Fredette

Genet politique, l’ultime engagement

Études françaises,Université de Montréal, Vol. 29, n° 2, 1993

 

Nathalie Fredette

Jean Genet : les pouvoirs de l’imposture

Études françaises, Université de Montréal, Vol. 31, n° 3, 1995

 

Patrice Bougon et Jean-Michel Rabaté

Genet et la politique : entretien ( L'amitié chez Derrida et Genet, l'engagement, l'ironie )

Études françaises, Université de Montréal, Vol. 31, no 3, 1995

Cet entretien est lisible sur ce site :

http://www.erudit.org/revue/etudfr/1995/v31/n3/036001ar.pdf

 

Patrice Bougon

Ironie, politique et mythe dans Pompes funèbres, dossier Genet de la revue Europe, août-septembre 1996, pp.65-77. Très légérement modifié en ce qui concerne les notes, la pagination que vous trouverez ici ne correspond pas à celle de la revue. Je renvoie donc les lecteurs qui souhaiteraient citer cette étude à consulter cette excellente revue Europe.

 http://jeangenet.pbwiki.com/f/PART1-2.DOC

 

Patrice Bougon

Traduction, tradition, trahison dans Les Paravents de Jean Genet, revue OP.CIT, Université de Pau, N° 15, novembre 2000, pp. 259-268.

Le texte, ici fourni, comporte une pagination différente de celle de la revue. Pour toute citation, prière de faire référence à la revue et à sa pagination, merci d'avance.

 

http://jeangenet.pbwiki.com/f/OP.doc

 

Saluons cette revue de littérature française et comparée dont le sommaire des numéros correspond au programme d'agrégation de cette discipline.  Le sitede cette revue :

http://pubmc1.univ-pau.fr

 

**************************** 

Basma El Omari

La dernière image du monde» ou l’écriture de Jean Genet sur les Palestiniens

 

Etudes françaises, Université de Montréal, Vol. 37, n° 3, 2001 .

 

************************** 

Eric Marty, Bref séjour à Jérusalem, Gallimard, 2003 et Jean Genet, post scriptum, Verdier, 2006

Deux essais qui ont ouvert un débat

 

***************************

 

La revue anglaise sous la direction de Mairead Hanharan, propose un numéro Jean Genet.

 

Paragraph, 27.2.  Edinburgh University Press, 2004. 145 pp.  £18.95.

 

Mais nous avons trouvé un compte rendu sur ce numéro spécial rédigé par Olivier DAVIS, Wadham College, dans la revue anglaise

French studies en 2006. 

 

 

(Published by Oxford University Press on behalf of the Society for French Studies. All rights reserved. For permissions, please email: journals.permissions@oxfordjournals.org )

 

This collection of theoretical essays on Genet's work is a compelling demonstration of that work's ambivalence towards such elucidation. A substantial essay by Derrida, ‘Countersignature’, takes Le Captif amoureux as its point of departure and ranges extensively and dazzlingly over Genet's work and Derrida's own. Revisiting Glas and Signéponge, he asks again what is involved in ethical terms in writing about, or ‘countersigning’, the work of another. Even if the intention is to affirm, betrayal, he concludes, is inescapable: ‘In my "yes", in my own untranslatable, singular idiom, I must countersign the other's text without counterfeit, without imitation. It is obviously impossible’ (p. 29). And Derrida's singular idiom has been particularly well rendered in this accomplished translation by the volume's editor. Hanrahan's own contribution, ‘Sculpting Time’, is a delicately poised reflection on the way in which, for Genet, art and particularly writing is, as she argues, ‘a fixing that inscribes the fluidity it ends’ (p. 46). Tom Conley's concise and persuasive reading of ‘Le Secret de Rembrandt’ scrutinizes the ‘restive’ mobility of one of Genet's most favoured words: le faste. Elizabeth Stephens's essay, though perhaps rather too condensed in places (‘Genet's novels challenge the conventional understanding of the phallus as a synecdoche of a rigidly stable and self-contained corporeality’), nevertheless makes an important if familiar point about Genet's work: while his dominant male characters may in certain respects conform to traditional models of heteronormative masculinity, they do not thereby confirm them. Bénédicte Boisseron and Frieda Ekotto, in ‘Genet's The Blacks: "And Why Does One Laugh at a Negro?"’, argue convincingly that Genet's play, while it tries to take the audience on a journey ‘into the depth of their colour consciousness’, nevertheless ultimately resists stable interpretation by way of an overwhelmingly complex stratification both of layers of theatre (play, play within a play) and of colour (black actors with white masks but ones which leave some black skin and ‘kinky’ hair visible, and black actors with no masks in the funeral). The question in the title, appropriated from Bergson's Le Rire, is almost answered in a fascinating conclusion which moves deftly between Genet's play and a telling critique of Eminem's performance (or parody) of ‘blackness’. François Bizet, in ‘Bataille's Battle With Genet’, offers a reappraisal of Bataille's ‘unique and bewildering’ rejection of Genet in what was to become the last chapter of La Littérature et le mal. Bizet draws primarily on a neglected earlier article in which Bataille springs to the defence of Haute surveillance and he is rightly taken aback by the extent to which Bataille's concept of communication in the later article has narrowed to dogmatic rigidity. This collection represents an important contribution to recent scholarship on Genet. It also provides a heartening sense of the diversity of possible relationships which theory can today entertain with the singular work.

 

 

  ******************************

René de Ceccatty : Jean Genet antisémite ? Sur une tenace rumeur, dossier Littérature et antisémitismeCritique, N° 714, novembre 2006, p. 895-911.

 

René de Ceccatty conteste, de façon argumentée, les thèses des livres Marty et Jablonka. C'est la première réplique développée à ce qui est effectivement devenu une rumeur dans de nombreux médias. Le débat est donc enfin ouvert dans une revue universitaire.

 

.**************************

 Eric Marty répond à aux arguments de René de Ceccatty dans Critique, N° 

 

Comments (0)

You don't have permission to comment on this page.